Hope's Requiem


 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [Histoire] Heinrich von Tatenschtraft

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Sarevok
Seigneur du Meurtre
avatar

Nombre de messages : 550
Age : 31
Localisation : Temple de Bhaal
Date d'inscription : 05/06/2007

MessageSujet: [Histoire] Heinrich von Tatenschtraft   Mar 1 Jan 2008 - 17:20

Jeudi 16 Août 1940, 13:25
Département de Recherches Occultes du 3ème Reich
Innsbruck, Autriche




"Vous pouvez arrêtez la séquence Fritz, je pense que cela suffira pour l'instant
- Très bien monsieur. Arrêt dans 3... 2... 1... fin de la séquence.
"
La créature fixée à la table par d'épaisses sangles de cuir cessa de s'agiter. Les liquides qui circulaient dans des tuyaux reliés à des aiguilles qui perforaient de multiples endroits sur sa peau repartirent d'où ils venaient.
Heinrich observait la bête de sinistre apparence à travers la cloison de plexiglas. Il passa la main sur la surface lisse comme s'il désirait toucher lui-même le monstre et l'examiner sous toutes les coutures.

"A votre avis, Fritz, d'où peut bien provenir une telle créature ?
- Ach, c'est bien pour le savoir qu'elle est ici
, lui répondit le scientifique, levant à peine les yeux de sa machine à écrire et des feuillets de résultats analystiques.
- Je ne suis pas responsable de ce projet, mais le sujet m'intéresse néanmoins, d'autant que mon dossier d'expérimentation dépend des résultats observés sur celui-ci. Que raconte le rapport du professeur Kraüser là dessus ?
- Il est encore bien flou, hélas. Le sujet s'apparenterait vraissemblablement à un chien de sexe masculin. Seulement ses tissus possèdent les caractéristiques d'une carapace de rhinocéros. Son ossature est lourde, pourvue d'excroissances pointues qui suintent d'un acide hautement corrosif de nature inconnue et lui permettent visiblement de neutraliser rapidement ses proies.
- Il est par ailleur immunisé à ses propres sécrétions d'après le test que nous venons d'effectuer, entre autres choses
, le devança Heinrich.
- Exactement. En plus de cet arsenal offensif et défensif, sa musculature est surdéveloppée pour lui donner une force accrue et une grande vitesse de déplacement. Le fait qu'il dispose de six pattes lui fournit une mobilité plus fluide. Ses griffes longues de douze centimètres et affutées comme des rasoirs réduisent la difficulté de pénétration dans les chairs et l'os lors d'un coup porté à une proie. Quant à sa dentition, il dispose non pas d'une mais de trois rangées de crocs à chaque mâchoire.
- Comment cette chose a-t-elle vu le jour ? Y a-t-il des précédents ?
Heinrich semblait songeur.
- Il... paraîtrait qu'un groupe de créatures semblables a massacré un régiment entier de nos soldats. Ce spécimen serait le seul qui fut suffisament blessé pour rester en arrière lors de l'intervention des unités spéciales. Seulement le constat reste incroyable : ses blessures ont quasiment disparues, et ce en moins d'une semaine.

Heinrich se retourna, visiblement interessé par les derniers propos tenus par son collègue. L'aspect sérieux de celui-ci ne laissait aucune place au doute. Cet animal disposait non seulement d'une physiologie hors du commun faisant de lui un tueur sanguinaire et implacable, mais il pouvait également régénérer rapidement ses blessures en peu de temps.
Mais Heinrich savait d'instinct qu'il tenait là quelque chose. Il se dirigea vers le superordinateur qui faisait tout le mur et observa attentivement les résultats inscrits sur le papier qui venait de sortir de l'imprimante.
"Cependant, objecta-t-il, cette force a ses propres faiblesses. Ce monstre s'épuise rapidement s'il n'ingère pas de cette substance que j'analyse actuellement. Je vois ici que lorsqu' a été observé la cicatrisation rapide des tissus endommagés, sa pression sanguine et les rythmes de ses battements de coeur ont triplés. Après coup ses capacités entières ont chutés et elle semble singulièrement dépendante à ce liquide rouge.
- Vous voulez dire...
demanda Fritz.
- Oui, cette matière est la clé de ses capacités, et peut-être même de ses origines. J'attend actuellement du matériel d'analyse complet en provenance de laboratoires pharmaceutiques français pour en savoir plus, mais j'ai ma petite idée de ce que cela pourrait être." Ponctua-t-il d'un sourire franc.
Il récupéra les récipients qu'il avait emmené et les chargea sur la structure de transport puis sortit de la pièce après un bref salut à son collègue.


Heinrich von Tatenschtraft, briant chercheur du Département de Recherches Occultes du 3ème Reich et récement engagé dans le S.S. Nazi se trouvait enfin devant son premier mystère sérieux et par ailleur la clé de l'énigme.
On est en droit de tout utiliser pour gagner une guerre, et le Fhürrer n'avait pas négligé les moyens jugés surnaturels. Hitler pensait bien que le monde n'était pas régit que par la science et qu'une part d'irrationnel jouaient grandement son rôle dans les rouages du monde. Il avait créé ce département dans le but d'identifier et d'exploiter les phénomènes inexpliqués et dangereux.
Heinrich et quelques autres scientifiques avaient été formés pour croire en l'incroyable, l'expliquer de façon rationnelle au possible sans en nier l'existence ou la mettre en doute, puis élaborer des théories et des tests pour utiliser au mieux ces découvertes paranormales.
Von Tatenschtraft était doté non seulement de connaissances scientifiques solides après un long parcours d'études en académies, mais également d'une grande soif de connaissances pour toutes choses et avait donc dévorés quantité d'ouvrages et autres sources d'informations sur l'occultisme, le spiritisme et autres croyances surnaturelles. Il était donc un candidat idéal pour entrer dans ce département, et ce sans compter son apparence arienne et la pureté de son sang allemand.


Il était là devant une découverte qui serait certainement capitale pour sa carrière et son existence, il ressentait dans son âme. Il fallait qu'il découvre le secret de ce liquide rouge.
Heinrich entra dans son laboratoire, déterminé à percer ce mystère et en exploiter les possibilités au mieux de ses connaissances.


Dernière édition par le Jeu 17 Jan 2008 - 13:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://sarevok33.spaces.live.com/
Sarevok
Seigneur du Meurtre
avatar

Nombre de messages : 550
Age : 31
Localisation : Temple de Bhaal
Date d'inscription : 05/06/2007

MessageSujet: Re: [Histoire] Heinrich von Tatenschtraft   Jeu 17 Jan 2008 - 11:42

Lundi 03 Septembre 1940, 23:09
Département de Recherches Occultes du 3ème Reich
Innsbruck, Autriche




Toc toc toc.

Trois coups brefs à la porte interrompirent Heinrich dans ses études. Passablement irrité par cette brutale intrusion dans le flux de sa concentration, il reprit très rapidement contenance. Posant son calepin sur la table devant laquelle il était assis, il dit simplement "Entrez."

Un homme d'aspect sombre pénétra dans le bureau. Son visage était sévère et maigre, et il était vêtu d'un manteau de cuir noir que favorisaient généralement les officiers du Spetznaz, les Services Secrets Allemands, ainsi que du chapeau qui y était courrament associé. Ses yeux furetaient ça et là derrières de petites lunettes rondes aux verres teintés en rouge, et ses mains étaient cachées derrière des gants de soie rouge sombre, ce qui offrait un contraste intéressant avec le reste de sa tenue : costume anthracite, chaussures marrons en daim, chemise blanche et cravate aux reflets violet sombre.
Heinrich entama mentalement une rapide analyse des traits psychologiques de cet homme à partir des aspects extérieurs qu'offraient sa tenues et son comportement, un exercice qu'il pratiquait souvent, par jeu ou pour savoir quelle attitude adopter face aux gens qu'il rencontrait. Ses yeux d'abord, ne restaient pas en place, soit il était paranoïaque, soit il analysait son environnement par habitude tout comme le faisait Heinrich. Un léger strabisme rendait toute hypothèse délicate ceci dit. Ses lèvres pincées et son air sérieux connotaient une vie sans humour et une tendance à vouloir contrôler son entourage. Il devait parler peu et sûrement pas pour ne rien dire.
Son allure peu athlétique et ses épaules voutées laissaient à penser qu'il devait passer son temps à lire plutôt qu'à pratiquer des activités physiques. On ne pouvait se prononcer à propos de ses mains car il les avait immédiatement remises en poche, soit en symbole d'auto-protection, soit pour conserver ses propres secrets.

"Professeur Von Tatenschtraft, je suis Kriegel Blaüstein, officier de l'Unité Spéciale et agent de liaison avec le Département en Recherches Occultes. Il montra son insigne pour souligner ses propos et balayer les doutes.Nous gageons qu'en trois semaines vous avez eu le temps d'obtenir des résultats probants sur les sujets d'analyses que nous vous avons fait parvenir."
Ce n'était pas là une supposition de sa part mais plutôt une sommation au rapport, comprit immédiatement Heinrich. Sans broncher, il ouvrit un tiroir de son bureau et en extirpa un dossier remplit de feuilles de notes diverses, de photos, de feuillets de calculs et de rapports d'analyses imprimés. Il fit glisser le dossier vers son interlocuteur.
"Tout est là, Herr Blaüstein, dans la mesure où certains points restent à éclaircir car nous n'avons obtenu aucune information sur les origines et les méthodes de récupération des sujets d'expériences par votre unité.
- Avant de lire cette paperasserie officielle
, répondit Kriegel en récupérant le rapport et en plantant son regard dans celui d'Heinrich, je souhaiterais connaître votre avis et vos explications personnelles sur les sujets de recherches que vous avez été en mesure d'observer."
Von Tatenschtraft se sentait écrasé par l'autorité de cet homme, il dégageait littéralement d'une force de persuasion oppressante. Le scientifique se sentit obligé de lui répondre.

"L'étude de mon premier sujet d'observation comporte peu de points noirs ni guère d'intérêts militaires, commença-t-il. Il s'agit d'un colifichet primitif qui a pour seule particularité de transformer de l'eau potable en hydromel. C'est un assemblage d'organismes végétaux et de minerais basiques fabriqué à la manière des instruments de cérémonie confectionnés par les Indiens d'Amérique et certaines tribus Africaines. Il ne faut donc pas écarter la thèse d'un lien spirituel avec l'objet.
Ne connaissant aucunement les pratiques rituelles nécessaires à la création de ce fétiche ni ses origines exactes, il m'est impossible de dire si l'on pourrait l'employer pour d'autres tâches, comme créer des poisons, des antidotes, des serums, des médications, ou encore tout simplement purifier l'eau pour la rendre potable, etc.

Kriegel ne bronchait pas, il se contentait d'écouter en silence, immobile.
- Mon deuxième sujet d'expérience est d'avantage intéressant. A première vue il s'agit d'un crâne humain de sexe féminin tout à fait banal. Seulement il possède la particularité de renvoyer les images qui se sont déroulées tout autour de lui sur 360° depuis les 20 dernières heures. Il suffit de placer ses deux pouces chacun dans une orbite et les images sont gravées dans votre mémoire comme si vous aviez été sur les lieux en tant qu'observateur invisible. Les applications d'un tel objet seraient utiles pour l'espionnage, la surveillance et d'autres cas nécessitant des témoignages visuels. Ce crâne ne peut, hélas, fournir le moindre son.
Après plusieurs jours de recherches assidues, je suis parvenu à la conclusion que cet enchantement relève d'une magie nécromantique, un savoir accessible à l'homme, quoique difficile à maîtriser. Le hic reste que malgré le fait qu'il y ait eu des précédents dans l'histoire humaine, il est certainement très difficile de trouver des ouvrages ou mêmes de simples extraits écrits permettant d'apprendre un tel don, les dernières traces de ce savoir ayant disparues en Italie.
Passons maintenant au troisième et dernier sujet d'expérience, le plus intéressant selon moi.
"

Kriegel changea d'attitude, ses iris s'ouvrirent imperceptiblement et sa bouche prit un air plus pincé encore, signe d'une attention grandissante.
"Après de longues analyses complètes et détaillées, je peux affirmer que cette substance liquide rougeâtre que vos services nous ont livré est organique. C'est du sang, plus précisément, ou plutôt un concentré de plusieurs groupes sanguins mélangés pour former un seul fluide hyperconcentré et apparenté à celui de l'être humain, bien que ses propriétés dépassent toutes nos espérances.
Tout d'abord cette matière, une fois ingérée par un être vivant est digérée quasi instantanément et se transmet dans le système sanguin. Dès lors il peut servir de "carburant", en quelques sortes, pour améliorer les capacités physiques du bénéficiaire : rapidité accrue, réflexes décuplés, force démultipliée, plus grande résistance aux coups et aux maladies... Cela permet également de cicatriser à une vitesse surprenante, soignant les blessures les plus graves, ressoudant les os, refermant les plaies et reconstruisant les organes touchés, vitaux ou non. Je n'ai pas pu en évaluer la totalité des applications thérapeutiques mais leurs possibilités actuelles sont déjà à la hauteur de nos attentes.
Seulement il y a un point noir... Les sujets sur lesquels je l'ai testé ont très rapidement développé une dépendance envers cette substance. Mais ce n'est pas là le plus gênant. Les sujets ayant ingéré une forte quantité de ce sang à plusieurs reprises ont subit des mutations : apparitions d'excroissances osseuses, boursouflures ou peau élastique selon les cas, entre autres diformités.
Reste maintenant à savoir à quelle créature appartient ce sang. Il ne correspond pas à celui du sujet animal du professeur Kraüser, bien qu'indubitablement il ait permit de créer ce monstre. N'en ayant qu'une quantité limitée je ne peux pas pousser mes examens plus loin. A ce propos, pourriez-vous me dire où et comment vos services se sont approprié cette substance ?

Kriegel, qui avait pris une chaise pour s'asseoir entretemps, rehaussa ses lunettes avant de parler d'une voix calme.
- Avant d'aborder ce point, je souhaiterais tout d'abord entendre si le talentueux savant et érudit en sciences occultes que vous êtes s'est déjà fait sa propre idée sur la question.
- C'est effectivement le cas
, répondit Heinrich qui avait déjà, par anticipation, commencé à préparer mentalement son explication à mesure que son interlocuteur développait sa demande."D'après certains ouvrages ésotériques fort rares que j'ai eu la chance de consulter, j'ai en premier lieu penché pour deux espèces de créatures mythiques.
J'ai d'abord pensé aux êtres que l'homme a de tous temps appelé les Démons, en raison de ces déformations d'allure infernale et des pouvoirs destructeurs conférés par ce sang. Une sorte de contrat d'échange en somme : le pouvoir pour le bénéficiaire du sang et la capacité de torturer physiquement et plier à sa volonté ce nouveau serviteur pour le Démon.
Seulement les Démons favoriseraient les pactes de l'âme, et non ceux du sang qui n'est qu'un vecteur pour eux et non un véritable contrat, et trop peu d'éléments peuvent étayer cette théorie.
En revanche, si j'avais à choisir, je serai partisan de la théorie du Vampire.
- Continuez...
- Je m'explique : le Vampire est une créature légendaire ayant la particularité de boire le sang de ses victimes. Le sang est inhérent aux Vampires, il fait partie du folklore qui les entoure. S'ils s'en nourrissent pour survivre, alors peut-être leur procure-t-il également tous les dons surnaturels que les légendes leurs accordent.
J'ai effectué un test simple à cette occasion qui s'est montré fort révélateur : j'ai disposé une partie de ce sang dans un récipient de verre que j'ai placé en extérieur, de nuit rien ne s'est passé. En revanche à peine les rayons du soleil ont-ils touché ce sang qu'il s'est immédiatement consumé comme si ses cellules elles-même brûlaient sans flammes, pour ne plus être que de banales cendres.
Cela confirme donc en partie la théorie des Vampires et permettrait par là même de prouver leur existence sur Terre.
"

Blaüstein ponctua la conclusion d'Heinrich par un applaudissement saccadé et peu jovial, bien que de sa voix perça une légère pointe de satisfaction amusée.
"Brillant. Véritablement brillant, Herr Tatenschtraft. Vous êtes décidément un expert très doué dans votre domaine. Avec la science et votre savoir pourtant limité à quelques livres ne racontant que des demi-vérités mystiques parmi lesquelles il faut constamment faire le tri, vous êtes néanmoins parvenu à déterminer les effets de ce sang, du moins en partie, et vous avez réussi à en prouver l'origine en peu de temps. C'est un travail formidable que vous avez accompli, mon cher.
- Je... ne vous suis pas très bien
, répondit Heinrich quelques peu déstabilisé par ce changement d'attitude. Vous étiez déjà au courant de l'existence de telles créatures ? Cela voudrait dire...
- Que mon unité sait effectivement où s'en procurer pour mener toutes les expériences adéquates, oui. Mais maintenant que vous savez cela et surtout que vous avez prouvé votre efficacité, je peux vous poser la question sans détour : accepteriez-vous de faire partie d'une... organisation... à la puissance et aux secrets dépassant votre entendement et pouvant vous donnez tous les moyens que vous n'oseriez espérer pour mener des recherches sur tous les sujets dont vous rêvez ?
- Voilà une proposition des plus alléchante, mein Herr
, admit volontier le scientifique dont l'attention avait immédiatement été mise en éveil. Mais j'imagine que tout cela ne serait pas mis à ma disposition gratuitement n'est-ce pas ? Quelles en seraient les conditions et quels seraient les aboutissants ?

Blaüstein rit doucement devant tant de méfiance. Il sortit d'une de ses poches un mouchoir de velour rouge vif sur lequel avait été brodé un sigle étrange dans des tons dorés : un cercle qui entourait un carré plein, avec un triangle isocèle dont la base était racordé audit cercle et qui orientait sa pointe vers le nord-est si l'on tenait l'étoffe par le bon bout. Il s'en servit pour essuyer ses lunnettes.
En les remettant en place il reprit immédiatement la parole, scrutant le jeune chercheur droit dans les yeux.
" Ne vous faites pas de soucis à ce propos, Herr Tatenschtraft, les premières années sont difficiles dans cette organisation, car il faut faire ses preuves... mais je vois en vous un très grand talent qu'il ne faut pas gâcher. Je suis certain que vous vous y taillerez un nom et une place d'honneur. Mais venez, sortons un instant pour en discuter de façon plus appronfondie, nous serons plus à l'aise et vous vous ferez alors votre idée."

Heinrich se leva comme un automate et commença à enfiler son manteau sans réfléchir, comme guidé par une petite voix intérieure exacerbée par celle de son interlocuteur.
C'est ainsi qu'il sortit à la suite de cet inconnu, vers son destin... vers la grande pyramide du Clan Tremere !


Dernière édition par le Mar 5 Fév 2008 - 20:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://sarevok33.spaces.live.com/
Sarevok
Seigneur du Meurtre
avatar

Nombre de messages : 550
Age : 31
Localisation : Temple de Bhaal
Date d'inscription : 05/06/2007

MessageSujet: Re: [Histoire] Heinrich von Tatenschtraft   Dim 3 Fév 2008 - 21:13

Mercredi 26 Mai 1943, 22:25
Le Cénacle du Serment, Fondation Mère du Clan Tremere
Vienne, Autriche




" Moi, Heinrich Von Tatenschtraft, par la présente donne mon allégeance éternelle à la Maison et au Clan Tremere ainsi qu'à tous ses membres. Je suis de leur sang, et ils sont du mien. Nous partageons nos vies, nos buts et nos réussites. J'obéirai à ceux que la Maison m'aura désigné comme mes supérieurs, et traiterai mes inférieurs avec tout le respect et l'attention qu'ils ont pour eux mêmes.

Je n'enlèverai ni ne tenterai d'enlever à aucun membre de la Maison et Clan Tremere ses pouvoirs magiques. Agir de la sorte serait agir à l'encontre de la force de notre Maison. Je ne tuerai ni ne tenterai de tuer aucun membre de la Maison et Clan excepté en autodéfense, ou quand un Magus aura été déclaré hors-la-loi par un tribunal dûment constitué. Si un Magus avait été déclaré hors-la-loi, je ferai tout mon possible pour le porter face à la justice.

Je donnerai mon soutien à toute décision d'un tribunal, et honorerai scrupuleusement les désirs des Sept du Conseil Intérieur et de mes supérieurs. Le tribunal rend ses décisions dans l'esprit du Code de Tremere, augmenté du Code Périphérique et interprété par un corps dûment constitué de Magi. J'ai le droit de faire appel d'une décision à un tribunal plus élevé s'il est prêt à considérer mon cas.

Je ne mettrai pas en danger la Maison et Clan Tremere par mes agissements. Non plus que je n'interférerai dans les affaires du Peuple d'un façon telle qu'elle soit préjudiciable à mon Clan et Maison. Lorsque je pactiserai avec des Démons ou tout autre créature, je ne devrai en aucune manière mettre en danger le Clan, de plus je ne dérangerai pas les Faës pour qu'elles n'appliquent pas leur vengeance sur la Maison et Clan. Je jure aussi de soutenir les valeurs et les buts de la Camarilla, et je maintiendrai la Mascarade. Si par ailleurs ces objectifs venaient à contrarier mes buts propres, en aucun cas je ne poursuivrai mes buts s'ils devaient mettre en danger la Camarilla. La force de la Maison et Clan Tremere dépend de la force de la Camarilla.

Je ne prendrai comme Apprenti que celui qui aura prêté Serment à ce Code, et si l'un d'entre eux venait à se retourner contre la Maison et Clan, je serai le premier à le frapper et à le mener face à la justice. Aucun de mes Apprentis ne pourra être appelé Magus avant qu'il ait prêté allégeance à ce Code. Je traiterai mes Apprentis avec le soin et le respect qu'ils méritent.

Je cède le droit à un Ancien pour prendre pour sien un de mes Apprentis s'il s'avère qu'il lui sera utile dans son oeuvre. Tous sont membres de la Maison et Clan Tremere et sont en premier lieu utiles à ce précepte. Je me soumettrai au droit de mes supérieurs de prendre une telle décision.

Je devrais contribuer à la connaissance de la Maison et Clan, et partager avec ses membres tout ce que je pourrais trouver dans ma quête de sagesse et de pouvoir. Aucun secret ne doit être gardé, ou donné, suivant les Arts de la Magie, et je ne garderai secret les agissements de quiconque met à mal la Maison et Clan.

Je demande à être chassé de la Maison et Clan Tremere si je ne tiens pas parole. Si je suis banni, je demande à mes frères de me trouver et de me tuer afin que ma non-vie ne continue pas dans la dépravation et l'infâmie.

Je reconnais que les ennemis de la Maison et Clan sont mes ennemis et que les amis de la Maison et Clan sont mes amis. Travaillons comme un, et prospérons.

Par la présente je prête ce Serment ce 26 Mai 1943. Malheur à quiconque tenterait de me le faire briser, et malheur à moi si je succombe à une telle tentation.
"


Von Tatenschtraft, agenouillé au centre du Cercle de Pouvoir et entouré de l'instance dirigeante du Clan Tremere, 6 des Anciens du Conseil des Sept - l'absent se trouvant être l'infâme Goratrix, fondateur de la lignée des Tremeres antitribus. Il y avait là aussi Kriegel Blaüstein, Pontifex au service direct de Etrius lui-même, la tête pensante du Clan.
Celui-ci s'approcha de son Infant, un calice d'argent finement ciselé entre les mains, contenant la Vitae des Anciens Tremeres.
" Relève la tête, Heinrich von Tatenschtraft, et bois. Par cet acte, scelles ton Serment. Ressens le pouvoir couler dans tes veines et deviens un avec la Maison et le Clan."

Et Heinrich porta la coupe à ses lèvres maintenant mortes et but...


Dernière édition par le Mar 5 Fév 2008 - 20:52, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://sarevok33.spaces.live.com/
Sarevok
Seigneur du Meurtre
avatar

Nombre de messages : 550
Age : 31
Localisation : Temple de Bhaal
Date d'inscription : 05/06/2007

MessageSujet: Re: [Histoire] Heinrich von Tatenschtraft   Dim 3 Fév 2008 - 21:52

Mardi 12 Décembre 1972, 00:30
Une salle de conférence, Fondation Mère du Clan Tremere
Vienne, Autriche




" Mes très chers frères, mes très chères soeurs, je vous remercie d'être venus si nombreux assister à l'exposé de ce soir. Mais avant toute chose j'aimerais d'abord remercier plusieurs personnes sans qui l'aboutissement de ces travaux n'auraient jamais vu le jour... ou plutôt la nuit." Blague d'intello, l'assistance est hilare... "Je veux bien entendu parler tout d'abord de mon Sire, le Pontifex Kriegel Blaüstein, qui m'a permis de devenir l'un des nôtres et m'a enseigné lui-même les préceptes de la Branche du Sang dont je suis devenu l'un des plus grands experts en la matière.
Je remercie également toute l'équipe de recherche, Justin Carmichael, Hélène Benoît, Helmutt Braskowicz ainsi Klaüs Bergstein, qui ont tous activement participé aux recherches et expérimentations et méritent tout autant que moi de faire cet exposé devant vous.
"

L'auditoire assis en plusieurs rangs dans un ordre impeccable applaudit le groupe de Tremere debout sur l'estrade devant eux. Heinrich sourit intérieurement. C'était là un moment qu'il savourait particulièrement, lorsqu'une de ses expérience montrait enfin des résultats probants qu'il fallait ensuite exposer devant ses pairs.
Ce jeune Tremere avait, depuis son Etreinte, atteint le sommet de son art en un temps étonnament court, même pour un Sorcier normal. Il était devenu un maître de la Branche du Sang, un exemple d'efforts et de talents cité auprès des Novices, et il était maintenant une figure incontournable en la matière. De plus, maîtriser cette Voie aussi parfaitement, la base de la Magie du Sang, indiquait clairement qu'il pouvait désormais accéder à n'importe quel savoir Thaumaturgique sans grande difficulté.
Et c'est ainsi qu'il devint le chef d'un projet de recherche sur le Sang, afin de parfaire les connaissances du Clan sur cette matière première et permettre aux nouveaux apprentis de maîtriser cette branche aussi rapidement que lui, ou le cas échéant de manière plus rapide qu'elle ne l'était à l'époque.


" Comme vous l'aurez sans doute noté, la lecture de ce soir aura pour thème la nature de la Vitæ ou plus principalement la nature de la Vitæ Caïnite. D'aucun conviendra qu'il est impossible de disserter sur le Sang sans parler de la physiologie et de la biologie des Caïnites. Beaucoup de choses ont été écrites sur ces trois sujets. Ce que nous vous offrons ce soir est une nouvelle théorie fondée sur la logique et construite sur des études scientifico-mystiques qui pourrait enfin expliquer notre nature physique et notre lien avec la Vitæ.

Le Sang... pour les mortels, le sang a un rôle primordial : oxygéner le corps. Toute autre chose, bien qu'importante, n'est rien car sans un approvisionnement adéquat en oxygène, les fonctions vitales cessent.
La composition du sang est approximativement 50 % cellulaire - globules rouges et plaquettes ou, respectivement, erythocytes, leucocytes et thrombocytes - et 50 % plasma, constitué de sérum et de fibrinogènes. Les fibrinogènes permettent la formation des caillots et sont en conséquence d'un intérêt secondaire pour nous. Le sérum, d'un autre côté, est digne de toute notre attention. En fait, notre théorie est que le sérum est l'un des composants les plus importants de notre Vitæ.
Lorsque le sérum est isolé des autres composants du sang, il ne reste qu'un liquide clair et jaunâtre, composé d'eau, de graisse, de sucre, de sels divers et autres éléments qui servent à protéger le corps des maladies. Mais le sérum, et ceci est le moment important, est principalement fait d'eau.

Le reste de l'histoire est élémentaire et nous le savons tous. La version abrégée est : le coeur pompe le sang passé par les poumons où il est oxygéné. Le coeur envoie alors ce sang chargé d'oxygène à travers tout le corps. L'oxygène est échangé contre des restes de cellules qui sont éliminées via l'urine, les excréments ou l'exhalation.
Lorsque la quantité d'oxygène suffisante n'est pas allouée, les cellules meurent et la cible entre en état de choc. Techniquement, le "choc" est défini comme une perfusion inadéquate de cellules, un manque d'oxygénation, et c'est ce "choc" qui tue. Personne ne meurt dune blessure par balle, les gens meurent d'une perfusion de tissus inadéquate résultant d'une balle dans le corps.

Dans un homme adulte moyen, cinq litres et demi de sang circulent en permanence. Maintenant, la plupart d'entre nous ont vu un cadavre. Non, je ne parle pas de la personne à côté de vous...
Nouvelle blague d'intello, nouveau fou rire... mais d'un vrai cadavre. Beaucoup d'entre vous auront sans doute remarqué deux choses importantes : premièrement, le sang d'un cadavre n'a pas très bon goût. Deuxièmement, le sang s'accumule dans les extrémités basses du cadavre. Cela a pour effet de rendre le corps aussi pâle que n'importe lequel d'entre nous avant un repas, excepté pour ce qui est des extrémités saturées de sang.
Par exemple, un corps abandonné sur le dos est presque aussi blanc qu'un linge, excepté au niveau des épaules, fessiers et pieds, où la gravité accumule le sang. Le terme courant est "lividité cadavérique" et cela se produit parce que le coeur ne pompe plus de sang et que l'attraction terrestre joue alors son rôle.
Il y a une théorie populaire selon laquelle les Caïnites emmagasineraient du Sang dans certaines parties du corps, notamment la poitrine. Cette théorie serait prouvée par le fait que lorsque la poitrine d'un Caïnite est ouverte, une certaine quantité de Sang en jaillit. Bien que personne ne puisse dire qu'autant de Vitæ soit perdue, cette théorie est inappropriée pour une simple raison métaphysique : l'attraction terrestre. Elle nous affecte également. La Vitæ ne peut tout simplement pas se concentrer dans la poitrine car, lorsque nous sommes debout, la gravité mène le Sang dans nos jambes.
Alors, pourquoi nos jambes ne sont-elles pas colorées de pourpre ? Pour la même raison que vos doigts saignent lorsqu'ils sont coupés. Bien que nous n'ayons ni battement de coeur, ni pouls, le Sang circule toujours à travers notre corps.

Nous devons en revenir au sérum afin de fournir une explication. Il est communément attesté que nous vivons de la seule Vitæ. Rien d'autre ne peut nous nourrir. Rien d'autre ne peut être ingéré. Rien d'autre ne peut être rejeté. Cependant, tout le monde ce soir peut cracher, voir, pleurer et uriner.
Je vois quelques sourires... Je vous le demande, avez-vous déjà essayé d'uriner ? Comme vous n'en avez aucun besoin, mon avis est que non. Bien. Vous pensez que vous ne pouvez pas le faire. Bien, maintenant, combien d'entre vous ont pleuré ?
Les larmes des Caïnites, bien que n'étant pas claires, ne sont pas constituées que de Sang. Nos larmes sont principalement constituées d'eau. En fait, ces larmes sont constituée de sérum - de sérum du sang. Ce même sérum nous permet de voir sans que nos yeux ne sèchent, il nous permet de cracher, de garder un teint à peu près normal et il nous donne également ce doux toucher de la langue qui évite à la précieuse Vitæ de s'échapper.
Alors que le sérum des mortels est plutôt jaune, le nôtre est clair. Pas de graisse, pas de déchets et donc, pas de couleur. Combien de vampires obèses vous viennent à l'esprit ?
Puisque nos cellules sont mortes, nous n'avons pas besoin d'oxygène. Puisque nous n'avons pas besoin d'oxygène, notre Sang ne circule pas. Puisque notre Sang ne circule pas, notre coeur ne bat pas, alors nous sommes, dans un sens, morts.
Nous en arrivons à la plus vexante question de notre existence, scientifiquement parlant : comment est-ce possible ? Comment pouvons-nous exister ? Que fait le sang en nous, puisqu'il ne fait aucune des choses qu'il ferait dans un mortel ?

Faisons une liste brève de ce que notre Sang peut faire. Il nous maintient en vie. Il nous nourrit. Il nous protège de presque toutes les maladies. Il nous soigne. Il est la seule source de notre corps. Sans lui, nous mourons à nouveau.
Mon équipe et moi avons une réponse.
Nous sommes les organismes les plus parfaits qui aient jamais marché sur cette terre. Nous ne gaspillons rien. Chaque goutte de sang que nous prenons est utilisée par notre corps. Nous prenons littéralement le souffle des mortels. Nous volons l'eau avec laquelle humidifier nos yeux. Lorsque nous prenons leur sang, nous volons leurs fibrinogènes qui referment leurs blessures. Et nous volons leurs anticorps, leur immunisation.
Nous savons tous combien le sang artériel a bon goût. Ce sang est riche en oxygène et nutriments et il est propre, débarrassé de ses impuretés. Le sang veineux, est pollué. Cependant, notre corps consomme les deux. Je le répète, rien n'est gâché. Nous utilisons chaque goutte. Et après que nous l'ayons utilisé, nous sommes à nouveau affamés.
Maintenant vous savez pourquoi nous avons besoin de sang, mais vous vous demandez sans doute toujours comment il se meut dans notre organisme...

C'est la partie la plus osée de mon exposé car c'est la plus difficile à prouver et c'est, peut-être, la plus blasphématoire. Mais la science est blasphème, aussi bien pour les mortels que pour nous même.
Nos recherches et nos expériences menées depuis plusieurs décennies maintenant le prouvent : dans notre Sang existe un élément transmis par nos Sires durant l'Etreinte. C'est un élément auquel nous pouvons nous référer sous l'appellation de Facteur V. Le Facteur V domine tout le sang mortel qui pénètre notre corps et le plie à notre nature. Ce Facteur est plus fort dans nos Anciens, devenant de plus en plus puissant lorsque notre Vitæ se rapproche de ses origines. Notre Vitæ n'est jamais aussi puissante que celle de nos Sires. Nos capacités ne sont jamais aussi grandes que les leurs. Et il ne pourra jamais en être ainsi, à moins que le Facteur V en nous ne soit remplacé par un autre, plus puissant ou plus Ancien.
Fondamentalement, le Facteur V est identique chez tous les Vampires. Il varie en puissance, mais remplit les mêmes fonctions chez chaque Caïnite. Il fait circuler notre Sang, passivement lorsque nous sommes au repos et activement lorsque nous sommes éveillés. C'est une partie de nous et non pas un intrus, et il apparaît lors de l'Etreinte. C'est ce qui nous permet d'être ce que nous sommes. Notre Sang circule encore dans nos veines, nos artères et notre coeur. Le Facteur V est l'ingénieur de notre Sang.

Pour en revenir à l'argument de stockage, ma réponse à la réserve de Sang dans la poitrine est simple : plus de Sang jaillit d'une blessure à la poitrine... oui il y a plus de Sang à cet endroit, mais c'est tout simplement pour une question de volume corporel. Et, grâce au Facteur V, une telle blessure ne nous tue pas. La Vitæ est perdue, bien entendu, mais le Sang qu'il nous reste est redirigé. Si la théorie du stock de Sang était correcte, il serait impossible de le rediriger pour se soigner ou l'utiliser dans tout le corps.

Le Facteur V fourni à notre Sang une certaine conscience. Pas une pensée mais plutôt une sorte d'automatismes similaires aux réactions nerveuses humaines automatiques.
Le Facteur V fait plus. Il sépare le Sang que nous recevons en divers éléments. Il augmente les fibrinogènes que nous ingérons. Il l'applique aussi bien aux blessures que nous infligeons qu'à celles que nous recevons.
Le Facteur V explique notre résistance, notamment contre les maladies. Les globules blancs, chargés de combattre les infections et maladies chez les mortels, servent à la même chose chez nous. Les globules blancs, plus spécifiquement lymphocytes, ont une mémoire. Ils se souviennent des infections qu'ils ont combattu et vaincu.
Chaque fois que nous buvons du sang, notre Facteur V interroge les lymphocytes accumulés, ajoutant leurs connaissances aux siennes. Ce procédé d'apprentissage commence à notre Etreinte. Hypothétiquement, si un Vampire se nourri une fois par nuit, chaque nuit de l'année sur un Calice différent, il est possible pour le Facteur V de ce Vampire d'acquérir 364 nouveaux lymphocytes, 364 nouvelles maladies et infections qu'il sait maintenant combattre.
Puisque notre Facteur V commence avec notre Sire et peut être retracé jusqu'à sa source, notre Facteur V peut avoir la connaissance de n'importe quelle infection, virus ou maladie qui affecte les mortels. Cela explique également pourquoi les Caïnites sont plus sensibles aux nouvelles maladies ou à celle encore inconnues. Nous ne savons pas comment nous protéger contre ces nouvelles maladies car nous ne les avons jamais rencontrées avant.

Le Facteur V est la seule explication rationnelle de notre physiologie. Notre Sang fait tout pour nous et notre Sang est différent. Cela doit être ce Facteur qui nous permet de survivre. Considérons les faits. Nous savons ce qui est vital pour la vie, du moins physiquement. Nous n'avons aucune de ces choses excepté le Sang. Depuis le commencement, notre relation avec la Vitæ nous a fait différents - littéralement.
Pour l'instant, le Facteur V est présent mais toute tentative afin de l'isoler totalement ou de l'identifier schématiquement a échoué. Les recherches continuent, bien sûr, et chaque nuit nous rapproche du but...

Ainsi avec une telle théorie en tête et les résultats des tests que nous ferons circuler dans les rangs, nous espérons ainsi vous avoir en partie éclairé sur votre propre nature et sur vos propres capacités.
Vos possibilités sont infinies, à vous de les découvrir et d'en faire bon usage, pour la Maison et le Clan et pour vous-même.

Merci.
"


La foule admirative resta muette pendant un petit moment avant d'applaudir comme il se devait l'orateur et l'équipe de chercheurs. Si tous les Novices pouvaient suivre leurs conseils et s'en servir d'exemple, le Clan Tremere n'aurait plus jamais de soucis à se faire sur sa suprématie parmis les immortels.

Fier de lui, Heinrich souriait en coin, franchement cette fois.

_________________
Comme dit le proverbe : "Le kangourou repeint toujours son tournevis quand les kiwis jouent du piano..."
Revenir en haut Aller en bas
http://sarevok33.spaces.live.com/
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [Histoire] Heinrich von Tatenschtraft   

Revenir en haut Aller en bas
 
[Histoire] Heinrich von Tatenschtraft
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Heinrich Kemmler, Le lichemeister
» Heinrich BOLL "Portrait de groupe avec dame"
» [A LIRE] Histoire de la taverne + Tuto d'upload.
» HISTOIRE DE LUMUMBA
» Bâle 2010 Lange & Heyne " Heinrich der Erlauchte"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hope's Requiem :: Section JDR :: Bibliothèque :: Paradie des Hobbits-
Sauter vers: