Hope's Requiem


 
AccueilPortailS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Interlude Sarevok

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Mephysto
Prince/Président
avatar

Nombre de messages : 1637
Age : 33
Localisation : dans une ruelle sombre en train de se regorger de vitae
Date d'inscription : 18/12/2006

MessageSujet: Interlude Sarevok   Mar 14 Mar 2017 - 17:42

Sarevok


* * *

Non loin du lieu où se trouvait Gorak Fer de Lance, un autre Exalté, déchu de sa patrie, sa vie également brisée, gisait piteusement sur le tabouret d'une taverne délabrée.

Depuis plusieurs semaines, Vixen était devenu le champion local des jeux à boire et roulait souvent sous les tonneaux des vinasses les plus infectes.

Ne surtout pas penser.


L'alcool lui permettait d'éviter de se remémorer tout ce qu'il avait perdu. La seule chose qu'il avait conservé était son Daiklaive forgé dans le métal légendaire dénommé orichalque. Enfin, il s'agissait plutôt d'un énorme bout de métal grossier noircie par le temps et l'usure.

Peu de temps après son arrivée en ville, son arme fut même remarquée. Lui aussi par extension. Alors qu'il s'enivrait jusqu'à ce que son corps ne puisse plus tenir debout, un gamin, un jeune adolescent, dont la chair était minée par la pauvreté et la sous-nutrition, subtilisa l'arme de l'ancien impérial. Ce dernier mit quelques instants avant de remarquer la disparition de son bien. Titubant, il réussit à se glisser en dehors de l'établissement délabré.
Il émit alors – et ce fut le premier surpris – un cri rauque mais néanmoins puissant.

« A… Arrête toi gamin… si tu veux vivre... »

D'habitude, l'agitation frénétique de la cohue des bas-fonds ne s'interrompait pas pour si peu. Un vol, c'était affaire courante et il n'était pas rare de piétiner un cadavre aux membres rapiécés dans la boue fangeuse de la Ville aux 1000 tourments. Mais ce cri inhumain venu de nulle part était si puissant qu'un voile de poussière s'était levé. La foule s'immobilisa, ne tarda pas à découvrir les deux concernés et finit par s'écarter pour éviter de se retrouver en plein milieu de coups perdus ou simplement assister en public médusé au dénouement de cette affaire.

« Tu détiens quelque chose qui m'appartient… et tu vas me le rendre », continua l'ancien militaire d'une voix furieuse.


Le jeune homme, qui devait à peine être sorti de l'adolescence, s'était immobilisé lui aussi et commençait à trembler. Il avait bien compris que son interlocuteur, cette montagne de muscle était à peine humain.
Il brandit le morceau de métal devant lui, non sans difficulté. La lame tremblotait à seulement quelques centimètres au dessus de la boue et devait peser plus d'une vingtaine de kilos.

« V… Viens le chercher si tu le veux… Il … Il est à moi ! » tenta de répondre le gamin d'une voix chevrotante.

A ces mots, le glaive se volatilisa et réapparut dans les mains de son propriétaire. La foule échappa un murmure de stupéfaction devant cette passe.
« Sans doute un tour de magie, murmurèrent certains.
- Avec ce morceau aussi immense ? »

Vixen lui-non plus arrivait à peine à réaliser l'action qui venait de se passer quand il sentit, soudain, quelque chose approcher dans son dos. Cette présence lui avait permis de dessaouler en un instant.
Un pression colossale l'étouffait presque. Vixen peinait à rester debout. Les gens autour de lui riaient et attendaient le dénouement mais n'avait pas conscience du danger.

« Fuyez bande d'abrutis », murmura le Caste de l'Aube à défaut de pouvoir l'hurler.

Mais c'était trop tard. Il émergea de la foule derrière lui. Vêtu d'une longue toge blanche immaculée, son visage était dissimulé sous un masque d'argent.

« Cette présence…, murmura t'il pour lui, tendu à l'extrême et prêt à en découdre.

La foule se tut immédiatement dès son apparition et s'écarta un peu plus, léchant quasiment le bord des bâtiments. Ce sentiment qui était quelques instants auparavant de l'amusement devint de la peur, non une terreur presque palpable.
Le jeune voleur commença à faire quelques pas en arrière, son pantalon soudain devenu humide. Vixen lui était figé, prostré en position de défense son Klaive en main.

L'individu, qui semblait flotter au dessus de cette boue puante qui recouvrait presque la totalité de la ville, dépassa Vixen, l'ignorant presque.

« Que se passe t'il ici ? Déclara le masque d'une voix sans âge,
- Ce n'est pas ma faute… J'ai vu une épée rouillée dans une taverne qui traînait contre un mur. Je… Je ne pouvais pas deviner qu'elle appartenait à ce forçat… », répondit le gamin.

La peur sans doute, l'expatrié avait entendu dans sa carrière des mensonges bien mieux ficelés. Nul doute que le silence intenable de l'homme au masque témoignait d'un sentiment similaire.

Le jeune adulte recula, puis commença à s'enfuir à toutes jambes.

« Qu… » Les mains du vétéran commencèrent à trembler elles aussi. Il n'avait jamais ressenti pareille pression. Même en affrontant cette monstruosité, l'Exalté Lunaire, il pensait encore avoir une infime chance de victoire.

Une aura violacée, crépitante, provenant du Masque se matérialisa autour de son corps. L’atmosphère semblait électrisée. Les volets claquaient, les étalages s'envolèrent tandis que le représentant du Concile des Entités – il le saurait plus tard – avançait toujours en marchant de sa démarche légère mais impérieuse.
De la boue, émergea une brume violacée qui suivit et « saisit » le fuyard. Tandis qu'il hurlait et se débattait contre un ennemi invisible, le voleur s'enfonça inexorablement dans la brume. Des craquements d'os firent l'écho à ses derniers cris. En quelques instants, il ne resta qu'un flot de sang et des insectes émergèrent du brouillard violacé pour finalement disparaître dans la boue.

Un murmure de dégoût s'échappa de la foule, désormais prise en otage.

« Voilà ce qui arrive aux voleurs… Ce n'est pas une manière de souhaiter la bienvenue à des étrangers » Il jaugea la foule puis se tourna vers le vétéran et sembla le regarder pour la première fois.


Vixen était toujours crispé en position de défense, prêt à en découdre. Mais désormais, sa propre énergie résonnait avec celle de l'Emissaire.

« Qui es-tu Etranger ? »


Vixen était lui aussi un fuyard. Les vêtements sombres étaient déchirés et recouvert de boue. Il avait pris soin de recouvrir une partie de son visage avec un pan de vêtement. Mais cette description pouvait coller avec une majorité des habitants de cette même ville. Tout le monde avait quelque chose à cacher dans cette ville.
« … Curieuse question provenant d'une personne elle-même masquée… Je suis Vixen, lui répondit-il au bout de quelques instants.
- Vixen... » Ce fut à l'homme masqué cette fois de prendre quelques instants pour intégrer l'information.

L'ancien impérial n'avait pas pris le temps de réfléchir et regretta presque d'avoir dévoilé son prénom. Et de toute façon, seul son daiklaive était une trace de son ancien passé et n'était connu que de son ancien régiment.

« Bien … Je suis l'Emissaire, le représentant du Concile des Entités qui régit les lois de cette ville. Désormais, Etranger, tu te dénommeras Vixen Sombrelame et tu travailleras pour la guilde de mercenaires Exécuteurs au Capuchon … » reprit solennellement l'homme au masque d'argent.

Le nouvellement nommé Vixen Sombrelame n'eut pas le temps de répondre quoi que ce soit que l'Emissaire repartit. Il en avait simplement fini avec cette affaire.
La foule, habitué par ces spectacles, reprit ses activités.

Mais dans quel ville, suis-je tombé… ? se demanda l'homme qui pensait, par son expérience, avoir tout affronté.

Ce fut les premières heures de Vixen dans cette ville. Peu de temps après cet événement, il fut approché par les gens de la fameuse guilde de mercenaires. Entre deux missions de garde, surveillance, il retournait à cette fameuse taverne où il dépensait le restant de sa solde de mercenaire pour oublier.

_________________
"Où que vous soyez, vous n'y échapperez pas! L'Ombre s'étend"
Revenir en haut Aller en bas
 
Interlude Sarevok
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Interlude Amoureux
» Le TRAIN INTERLUDE de Maurice BRUNOT.
» [Harris, Charlaine] Sookie Stackouse, la communauté du Sud - Interlude mortel
» LE PETIT TRAIN INTERLUDE
» Interlude in Prague, avec Aneurin Barnard

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hope's Requiem :: Section JDR :: Table 8 Exaltés-
Sauter vers: